Publié le Catégories Coups de coeur RP

Coup de cœur RP : les Trash Isles

En 2017, LadBible et la fondation Plastic Oceans ont fait appel à l’agence AMV BBDO pour imaginer une campagne osée sur la préservation des fonds marins. L’agence est partie d’un constat : certaines zones du Pacifique sont polluées par les tonnes de plastique rejetées chaque jour dans l’océan, et l’une de ces zones a atteint la superficie d’un pays équivalent à la France. 

La campagne a donc mis en lumière cette zone de l’océan en la considérant comme un pays, qui s’appellerait Les Iles Poubelles, et a, de ce fait, demandé à l’ONU de reconnaitre officiellement ce territoire.

Une campagne ambitieuse, pour éveiller les consciences

La demande d’indépendance des « Trash Isles » est un projet solide, avec des outils forts, qui ont permis d’illustrer le propos et d’obtenir une belle visibilité RP : l’agence AMV BBDO a imaginé un hymne, créé une monnaie (le « débris »), un drapeau, un passeport, et même des citoyens. Dans l’idée, les « Iles Poubelles » ont donc tout d’un pays à part entière… Mais pas de ceux que l’on recommanderait pour un voyage idyllique au cœur du Pacifique.

S’il est en effet très peu probable que la demande d’indépendance aboutisse, cette campagne largement relayée dans les médias a tout de même le mérite de soulever un paradoxe. Si les Trash Isles étaient officiellement reconnues comme un pays, les autres membres de l’ONU devraient « coopérer pour conserver, protéger et restaurer la santé et l’intégrité de l’écosystème de la terre ».  Autrement dit, faire disparaitre ce nouveau pays, créé de toute pièce par les déchets desdits membres.

Pourquoi on aime ?

C’est une campagne qui voit grand, et parvient à toucher de multiples publics : si elle montre l’ampleur du problème au grand public, elle s’adresse aussi aux institutions et attend, si ce n’est des réponses, au moins des réactions de leur part.

Et c’est mission accomplie pour la Fondation Plastic Oceans et LadBible, qui ont boosté leur visibilité en atteignant près d’un demi-milliard de personnes en moins d’un an. Les Trash Isles comptent désormais 200 000 citoyens (il s’agit du nombre d’internautes ayant signé la pétition lancée par la Fondation), et le projet a interpelé des hommes politiques. Le premier citoyen de ces îles n’est autre que l’ancien vice-président des Etats-Unis, et le porte-parole de l’ONU a reconnu que cette campagne était innovante et pleine de sens, même s’il se montre sceptique quant aux chances de cette demande (certes un peu étonnante) d’aboutir.

Partagez cette Belle Nouvelle